RAPPEL: Conférence et spectacle

Bonjour, 

Pour rappel:

Marinette Dozeville est une danseuse, chorégraphe rémoise que nous avons découvert lors du Festival 2016 avec son spectacle « Dark Marilyn(s) » au Manège. Elle nous revient avec une nouvelle création sur le corps, les corps « Là, se délasse Lilith… Manifestation d’un corps libertaire » au Cellier les 11, 12 et 13 janvier à 19h30.

Personnage issu de la tradition hébraïque, Lilith serait la première femme, véritable égale d’Adam, premier homme, faite comme lui à partir de terre. C’est pour son statut d’équivalente masculine qu’elle est l’emblème de groupes féministes. Très vite, Lilith n’est pas « gardée au casting » par le Divin.

Initiée au bondage, notre Lilith démarre attachée, suspendue. De cette situation initiale violente, elle prend souffrance et plaisir, se dénouant. Elle affirme progressivement ses pleines incarnations et libertés au plateau. En tandem avec la musique d’Uriel Barthélémi, Lilith questionne sur fond de domination/soumission les enjeux de pouvoir et de censure / auto-censure...

A Partir de 18 ans
Réservations par mail : reservations.lilith@gmail.com
Plein tarif : 12€ - tarif réduit : 8€
 

En marge de ce spectacle, Marinette et exaequo vous propose une conférence-débat le samedi 13 janvier à 14h au Cellier : « Corps normatifs, corps performatifs le corps comme outil de résistance » 

En écho au spectacle « Là, se délasse Lilith…, Manifestation d’un corps libertaire », la compagnie Marinette Dozeville invite Rachele Borghi. Sous forme de conférence-débat, l'activiste et géographe déploie les thématiques du corps vécu comme liens entre espaces publics, privés, intimes, et ce faisant disloque le rapport espace privé / espace public, ré-interroge les rapports normés et binaires, pour ouvrir un espace où le corps est à la fois le lieu de la prise de paroles politiques et celui de l'action. 
Rachele Borghi est géographe, maitre de conférences à Paris 4. Activiste et militante Queer, elle étudie le rapport entre espace et identités Queer, le concept de performance et sa mise en espace, les pratiques de contra-sexualité et la dissidence sexuelle (en particulier le mouvement post porno).